Accueil / Art et culture / Arts décoratifs / Etudes modernes / Alexandre le Grand et l’art de la tapisserie (...)

Alexandre le Grand et l’art de la tapisserie au XVe siècle

Anna Rapp Buri, Monica Stucky-Schürer

Anna Rapp Buri et Monica Stucky-Schürer, "Alexandre le Grand et l’art de la tapisserie au XVe siècle" dans Revue de l’art, année 1998, volume 119, numéro 119, pp. 21-32.

Extrait de l’article

Fondée sur une investigation ap­profondie de la littérature et de l’iconographie du Moyen Âge touchant Alexandre le Grand, cette étude a pour but de révéler les divers aspects sous lesquels Alexandre fut appréhendé au cours du XVe siècle. Au centre de ces considérations se situent les deux tapisseries d’Alexan­dre, datant de 1460 environ, du Palais Doria Pamphili à Rome et quelques ébauches destinées à des tapisseries, relatant certaines campa­gnes d’Alexandre le Grand. L’ana­lyse critique des sources d’archives de l’époque mentionnant des tapis­series de ce cycle permet d’étayer notre nouvelle interprétation des tentures romaines, qui diffère de celle soutenue habituellement. Elle dévoile en outre le rôle que jouèrent les petits patrons au cours des négo­ciations internationales menées par les marchands de tapisseries avec les commanditaires.

Peu après sa mort en 323 av. J.-C., la légende s’empara du per­sonnage historique qu’avait été Alexandre le Grand, roi de Macé­doine. On attribua ses prouesses de guerre et ses conquêtes à des forces surnaturelles ; ainsi, les faits histori­ques de son existence furent transcendés dans le domaine du fantasti­que. Dans la conscience du Moyen Âge, Alexandre demeura une figure de héros extraordinaire. On prêta à sa conquête de l’Orient un sens chrétien et on l’assimila à la recher­che de la source de la vie éternelle. Au cours du XVe siècle, Alexandre comptait parmi les héros profanes les plus prisés, dont les exploits étaient contés en paroles et en ima­ges dans les cours princières d’Eu­rope. Sa conquête de l’Orient rejoignant l’idéal occidental des Croisades, il faisait figure de héros grec parmi les Neuf Preux et comme eux, il devint un exemple de vertu et de moralité pour le chevalier du Moyen Âge tardif.

Lire la suite (Persée)