Accueil / Actualités et liens utiles / Parutions / Fictions dramatiques et succession monarchique

Fictions dramatiques et succession monarchique (1637-1691)

Caroline Labrune

Labrune Caroline, Fictions dramatiques et succession monarchique (1637-1691), Paris, Champion, 2021, ISBN : 9782745355430.

Étant donnée la manière dont le théâtre sérieux français du XVIIe siècle traite la succession monarchique, il y a lieu de se demander s’il ne relève pas de la tribune politique.

Il y aurait pourtant de quoi s’étonner : les lois fondamentales sont les seules qui ne prêtent pas à débat sous l’Ancien Régime. Par ailleurs, la loi salique, qui règle la dévolution de la couronne, est censée fonder l’autorité du roi, assurer le salut de ses sujets, garantir l’équilibre de l’État et préserver un ordre voulu par Dieu. La remettre en cause ne peut aller de soi à une époque où le pouvoir monarchique s’absolutise et cherche à raffermir les fondements de l’autorité royale.

Les dramaturges du XVIIe siècle jouent-ils donc avec le feu quand ils mettent en scène la succession monarchique ? Peut-on même aller plus loin, et dire que les dramaturges versent dans la subversion quand ils tirent parti des arcanes mouvementés de la succession monarchique ? C’est ce que cet ouvrage s’attache à éclaircir en comparant les cadres qui conditionnent leur production aux crises politiques mises en scène.

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégée de Lettres Modernes et Docteure ès Lettres, Caroline Labrune est spécialiste du théâtre français du XVIIe siècle. Elle a coordonné l’édition d’un numéro thématique de la revue Littératures classiques (n° 101 : Médiations et construction de l’Antiquité dans l’Europe moderne), et participe à l’édition critique intégrale du théâtre de Pierre Du Ryer (Scévole, Dynamis, reine de Carie).

Table des matières :

Remerciements ..................................... 7
Abréviations ....................................... 9
Avertissement...................................... 11
Introduction ....................................... 13

Première partie : Cadres

Chapitre 1 : Sous surveillance............................. 37

1. Le théâtre,espace public ....................... 38
Sous le regard du public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
Les « comédiens du roi ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

2. Sous presse et sous pression...................... 49
De la complaisance volontaire des libraires . . . . . . 49
Le témoignage des privilèges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

3. Des dramaturges au service de l’état............. 55
Des agents de l’état . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
Le témoignage des dédicaces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

Chapitre 2 : La succession, un« ordre certain » .......... 67

1. Mystique monarchique et théorie successorale . . . . 72
La fiction des deux corps du roi . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
Indisponibilité de la couronne et majesté royale. . . 81

2. Défense et illustration
De la succession monarchique.................... 89
Une apologie de la succession . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
Des réserves mineures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94

Conclusion........................................ 99

Deuxième partie : Crises

Chapitre 3 : Confusion ...................................... 107

1. Des dieux et des hommes......................... 110
Le silence et l’absence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
Des voies impénétrables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
Dieu écrit droit avec des lignes courbes :
l’Athalie de racine (1691) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

2. La majesté en question.......................... 121
La majesté sans mystique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
La majesté en crise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
La majesté subvertie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133

Chapitre 4 : Une pragmatique de la succession monarchique............... 141

1. Incertitudes................................... 142
Longueurs de temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
Interrègnes insidieux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147

2. Le choc des légitimités ......................... 151
La chose du monde la mieux partagée . . . . . . . . . . . . 152
Les limites du droit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
Les failles du droit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167

3. « Il est le dieu du peuple, et celui des soldats » . . . . 170
Voxpopuli..................................... 170
« L’armée à son mérite enfin a fait raison ». . . . . . . . 180

Chapitre 5 : Types de la crise de succession .............. 187

1. La crise de succession complexe.................. 187
Le conflit ouvert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
La conspiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
La cabale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202

2. La crise de succession simple..................... 205
L’épreuve..................................... 206
La tentation de la dissolution du régime . . . . . . . . . 211

3. La preuve par l’inverse :
La bérénice de racine (1671)..................... 213
Titus, empereur malgré lui. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
Une crise de conscience . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218

Conclusion........................................ 221

Troisième partie : Histoires de vie et de mort

Chapitre 6 : Haute tension.................................. 229

1. Un champ de morts ............................. 230
Morts violentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
Dommages collatéraux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237
Le sang appelle le sang. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239

2. Deux passions de mort .......................... 243
Les ravages de l’ambition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246
Châtiments ................................... 259
Des amants furieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269

Chapitre 7 : (sur)vivre....................................... 277

1. Salut inespérés ................................ 277

2. L’état de grâce ............................... 283
Conjurer la mort. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283
Réconciliations et mariages arrangés . . . . . . . . . . . . 292
« La mort de ce héros ébranle tout l’empire » . . . . . 295
Du bon usage de la clémence : le cinna de corneille (1643) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301

Chapitre 8 : Sublimes en situation......................... 307

1. Le sublime de la pitié ........................... 309
Morts pitoyables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310
« Il vit, et ne vit plus, il est mort, et respire » . . . . . . 316

2. Les sublimes de l’« étonnement » ................. 320
La crainte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 321
L’admiration.................................. 331

3. Tendances génériques........................... 340
Les sublimes variés de la tragédie . . . . . . . . . . . . . . . . 340
La tragi-comédie : la crainte conjurée . . . . . . . . . . . 348
Au cœur de la comédie héroïque : l’admiration . . . . 357

Conclusion........................................ 369

Quatrième partie : Théâtre et subversion

Chapitre 9 : Jouer à se faire peur .......................... 377

1. Le calme après la tempête....................... 381
Morts-sanctions .......................... 38
Ententes cordiales .......................... 394

2. Repoussoirs .......................... 405
Des crimes odieux .......................... 406
Fondation foudroyée .......................... 415

Chapitre 10 : Jouer avec le feu.............................. 423
1. Subversions contrôlées ......................... 423
Dissimulations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 423
Tempérer la subversion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 432

2. Subversions assumées ........................... 448
Le libertin et le pamphlétaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 448
Lectures esthétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 463
La subversion subvertie :
La nitocris, reine de Babylone de Du Ryer (1650) . . . . 480

Conclusion........................................ 487

Conclusion......................................... 491

Annexe ............................................ 501
Dédicataires .................................... 501
Dédicataires non identifiés ........................ 512
Pièces non dédicacées............................. 512
Bibliographie....................................... 513
Index Nominum...................................... 553