Accueil / Actualités / Événements / Colloques et journées d’études / 12-15 oct. 2022, Chambéry/Turin : La parole du (...)

12-15 oct. 2022, Chambéry/Turin : La parole du pouvoir. Les princes de la maison de Savoie et l’usage des langues (XIIIe-XVIIIe siècle) / La parola del potere. I principi di Casa Savoia e l’uso delle lingue (XIII-XVIII secolo)

Situés de part et d’autre des Alpes occidentales, les états de Savoie se sont créés au terme d’une longue construction territoriale, qui les a amenés à englober des populations très hétérogènes. Vivant dans des aires linguistiques et culturelles multiples (français, italien, francoprovençal, occitan, allemand), les sujets de la maison de Savoie parlaient en effet des langues très diverses, ce qui constitue l’une des causes du très long maintien du latin comme langue administrative. Bien que l’édit de Rivoli de 1561, qui imposa l’usage du français et de l’italien dans les actes administratifs, ait constitué un tournant essentiel, cette évolution n’a pas été linéaire et n’a pas fait disparaître le plurilinguisme propre aux états de Savoie. La richesse linguistique des anciens territoires de la maison de Savoie sera mise en évidence par ce colloque, en prenant en compte la diversité des évolutions locales, en étudiant aussi bien les pratiques administratives que la vie d’une cour, dont le rayonnement international s’accompagnait d’un important multilinguisme.

Situati su entrambi i versanti delle Alpi occidentali, gli Stati della Savoia furono l’esito di una lunga costruzione territoriale, che determinò un’integrazione di popolazioni molto eterogenee. Poiché i sudditi di Casa Savoia vivevano in diverse aree linguistiche e culturali, si parlavano lingue differenti (francese, italiano, franco-provenzale, occitano, tedesco). La pluralità di lingue fu uno dei motivi per cui il latino fu mantenuto in uso per molto tempo come lingua amministrativa. Sebbene l’Editto di Rivoli del 1561, che impose l’uso del francese e dell’italiano negli atti amministrativi, abbia constituito una svolta essenziale, il mutamento linguistico non fu lineare e non eliminò il multilinguismo caratteristico degli Stati sabaudi. La ricchezza linguistica degli antichi territori di Casa Savoia sarà messa in evidenza in questo convegno, tenendo conto anche della diversità degli sviluppi locali, studiando sia le pratiche amministrative sia la vita di una corte, la cui influenza internazionale fu accompagnata da un significativo multilinguismo.

Programme :

Mercredi 12 octobre

Chambéry, Château, salle du comte rouge

13.30 Accueil

14.00 Benoît Grévin (CNRS, CRH – UMR 8558), Introduction.

L’expression du pouvoir

14.30 Paolo Buffo (Università degli studi di Bergamo), La documentation de la maison de Savoie au bas Moyen Âge : choix linguistiques, innovation formulaire et formation des scribes.

15.00 Florie Varitille (Université Paris I), Mettre des mots sur les actes. Gérer et écrire la diversité linguistique en Provence savoyarde (début-milieu XVe siècle).

15.30-16.00 Pause

La parole des sujets et des justiciables

16.00 Stefania Maffei Boillat (Université de Lausanne) et Michiel de Vaan (Universität Basel), Le choix entre citations françaises et francoprovençales dans l’administration en latin à Cossonay et ailleurs dans le Pays de Vaud.

16.30 Daniela Cereia (Archivio di Stato di Torino – Université Savoie Mont Blanc – UNITA), Les langues dans les procès criminels et civils de la principauté de Savoie (XVe-XVIe siècles).

17.30 Marta Gravela (Università di Torino – UNITA), Le parole della ribellione. Congiure e rivolte fra linguaggio del potere e vocabolario locale (secoli XIV-XVI).

Jeudi 13 octobre

Chambéry, Château, salle du comte rouge

Entre latin et vernaculaire(s) 1 : les pratiques administratives

9.00 Franco Morenzoni (Université de Genève), L’usage des langues dans le fonctionnement au quotidien de l’administration.

9.30 Jean-Louis Gaulin (Université de Lyon 2), L’enregistrement des noms des marchands aux péages de Savoie.

10.00 Cédric Mottier (Université Savoie Mont Blanc – UNITA), Quelles traces de langage vernaculaire dans les extentes et les livres de reconnaissances des Savoie dans les bailliages de Bresse, Bugey et Gex (XIIIe s. – XVIe s.) ? Sondages et esquisses.

10.30 – 11.00 Pause

Entre latin et vernaculaire(s) 2 : le laboratoire des sources comptables

11.00 Lauréane Badoux, Simon Frei (Université de Lausanne), Ce que racontent les comptes. Usage de la langue dans la comptabilité savoyarde (Trésorerie générale et comptes de l’Hôtel, XIVe-XVe s.).

11.30 Silvia Corino Rovano (Università di Torino – UNITA), La Tesoreria generale di Piemonte nel XVI secolo dopo la riforma linguistica.

12.00 –14.00 Repas

Entre latin et vernaculaire(s) 3 : le cas des Thoire-Villars

14.00 Florentin Briffaz (Université de Lyon 2), A la croisée des langues. Pratiques linguistiques et singularité du pouvoir chez les sires de Thoire-Villars (XIIIe-XVe siècle).

14.30 Jean-Pierre Gerfaud (Université catholique de Lyon), Traces du latin dans les comptes des sires de Thoire-Villars. D’une écriture individuelle et automatique à une écriture juridique et institutionnelle.

15.00 Fabio Armand, Claudine Fréchet et Noël Poncet (Université catholique de Lyon), Les comptes des sires de Thoire-Villars et leurs apports linguistiques au francoprovençal.

Les langues de la diplomatie 1

15.30-16.00 Florence Serrano (Université Savoie Mont Blanc – UNITA), Les contacts entre Castillans et Savoyards au concile de Bâle.

Transfert Chambéry – Turin

Venerdi 14 ottobre,

Torino, Archivio di Stato (Corte), Piazza Castello

Culture linguistiche a corte

9.30 Accoglianze

10.00 Laurent Ripart (Université Savoie Mont Blanc – UNITA), Les langues de l’historiographie de cour, XIVe s.-XVIIe s.

10.30 Mathieu Caesar (Université de Genève), Traductions et traducteurs à la cour d’Amédée VIII.

11.00-11-30 Pausa

11.30 Thalia Brero (Université de Neuchâtel), Dans quelle(s) langue(s) s’effectue la communication politique ? Le cas des célébrations de cour (XVe-XVIe s.).

12.00 Paola Bianchi (Università della Valle d’Aosta-Université de la Vallée d’Aoste) e Andrea Merlotti (Centro studi del Consorzio delle Residenze Reali Sabaude), Il dibattito settecentesco sull’uso del francese, dell’italiano e del piemontese come lingue a corte e fra le élites.

12.30-14.30 Pasti

Le lingue della diplomazia 2

14.30 Eva Pibiri (Université de Lausanne), ‘Si parvum latinum in ista littera scribam’. L’usage des langues dans les ambassades de la cour de Savoie au XVe siècle.

15.00 Florian Chamorel (Université de Lausanne), Communiquer avec l’Orient. Les usages linguistiques dans les échanges politiques et diplomatiques des princes de Savoie en Méditerranée orientale à la fin du Moyen Age (XIVe-XVe s.).

L’epistolografia principesca

15.30 Laura Gaffuri (Università di Torino – UNITA), Comunicazione scritta e bilinguismo : le lettere di Iolanda di Valois, duchessa di Savoia (1466-1478).

16.00-16.30 Pause

16.30 Anja Thaller(Universität Stuttgart),Gli usi linguistici di una principessa sabauda all’estero : Margherita di Savoia (1420–1479), contessa palatina e contessa di Württemberg

17.00 Elodie Conti (Université de Lyon 3), La place des langues dans l’exercice du pouvoir : la correspondance bilingue de Christine de France, duchesse de Savoie (1606-1663).

Sabato 15 ottobre,

Torino, Università, Sala Lauree Terracini (Palazzo Nuovo)

Territori e confini linguistici

9.00 Bernard Andenmatten (Université de Lausanne), ‘Statim incepit clamare in suo theutonico’ : les Savoie et l’usage des langues dans le pays de Vaud face à la Franche-Comté et au monde alémanique (XIIIe – XIVe s.).

9.30 Alain Dubois (Archives d’Etat du Valais, Sion), Le rôle joué par les Savoie dans l’histoire de la frontière linguistique dans le diocèse de Sion au Moyen Age.

10.30 Paolo Cozzo (Università di Torino – UNITA), Alice Raviola (Université de Milan), L’uso delle lingue iberiche in Piemonte e Sardegna fra XVI e XVIII secolo.

11.00-11.30 Pausa

11.30 Marco Cuaz (Università della Valle d’Aosta-Université de la Vallée d’Aoste), Usi sociali e politici della lingua francese nella Valle d’Aosta dell’Otto e Novecento.

12.00 Guido Castelnuovo (Université d’Avignon), Conclusions.