Hauptseite / Kunst und Kultur / Dekor und Objekte / Moderne Studien / La mosaïque de l’abside orientale à Germigny-des-Pré

La mosaïque de l’abside orientale à Germigny-des-Prés

H. E. Del Medico

Del Medico, H. E. La mosaïque de l’abside orientale à Germigny-des-Prés. In: Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot, tome 39, 1943. pp. 81-102.

Extrait de l’article

L’église de Germigny-des-Prés (Loiret) fut édifiée un peu après 800 par Théodulf, évêque d’Orléans.
Théodulf était vraisemblablement originaire d’Espagne ou de Septimanie. C’était un fin lettré que Charlemagne s’était attaché pour travailler à la renaissance des études et des lettres. On lui doit notamment maintes pièces de vers. Avant 798, date à laquelle il entreprit, en qualité de missus dominicus , un long voyage dans le midi de la Gaule, il fut nommé évêque d’Orléans. Il devint abbé de Saint-Benoît-sur-Loire en 799 ou 802. Quelques années plus tard, Théodulf fit édifier dans la «villa » de Germigny une maison de campagne et la petite église décorée de mosaïques. Une inscription découverte en 1841, qui mentionne l’an 806 pour l’inauguration de l’église et sa dédicace à saint Germain et sainte Geneviève, semble bien faire état d’une restauration. Du reste, l’église de Germigny est suffisamment datée par les textes pour que l’inscription ne pût rien modifier.
En 818, Théodulf connut la disgrâce : impliqué dans un «complot », il fut déposé et banni à Angers. En 821, il y mourut.
Les biens de Théodulf furent confisqués par l’empereur, et parmi ceux-ci le village et l’église de Germigny. Les Grands du Royaume et les prélats tinrent une assemblée annuelle dans la «villa de Théodulf » en 843 ou 844 et Charles le Chauve y résida au moins deux fois, en 854 et en 855. Dans ses actes, l’habitation de Théodulf est désignée sous le nom de «palais royal ».

Lire la suite (Persée)