Home / Art and culture / Periods, iconography and styles / Modern studies / Diane parmi les figures du pouvoir féminin

Diane parmi les figures du pouvoir féminin

Eliane Viennot

Viennot, Eliane, «Diane parmi les figures du pouvoir féminin», Albineana, XIV («Le Mythe de Diane en France au XVIe siècle»), 2002.

Extrait de l’article

Dans son étude déjà ancienne sur Diane de Poitiers et le mythe de Diane, Françoise Bardon suggère que l’appropriation « jusqu’à la métamorphose » d’une divinité antique par une personnalité historique, telle qu’on l’observe chez la duchesse de Valentinois, est un phénomène unique ; « l’aventure d’une favorite tenace, avide et ambitieuse, affirme-t-elle, prit la forme d’une fable mythologique qui, pour la première fois en France, permit l’éclosion d’un art allégorique. » Françoise Bardon a vraisemblablement raison pour ce qui concerne l’ampleur et la prééminence de l’usage que Diane de Poitiers fit de la déesse, comme de l’importance des réalisations littéraires et artistiques auxquelles cette identification donna lieu. Avant elle, toutefois, on observe des phénomènes relativement analogues, quoique de moindre envergure et plus dispersés, chez plusieurs dirigeantes politiques françaises. Après elle, surtout, on repère d’autres élections volontaires de figures mythologiques chargées de soutenir des messages similaires, même si elles ne trouvèrent pas un terrain aussi propice pour se déployer, à la Cour et dans les arts.
Pourquoi donc les femmes qui exercèrent le pouvoir, ou participèrent à son exercice, ou s’en approchèrent, ou s’y opposèrent, ressentirent-elles le besoin de se faire représenter à travers des figures mythologiques ? Quand ce besoin commença-t-il à se manifester ? Quand évanouit-il ? En relation avec quel contexte ? Ces figures furent-elles pour ces femmes de simples outils dans l’affirmation de soi, ou devinrent-elles dans certains cas plus ou moins constitutives de leur identité ? Quels personnages préférèrent-elles et en fonction de quels critères ? Quelles répercussions eurent ces choix dans la représentation du pouvoir féminin sur les autres femmes ? sur l’ensemble du corps social ? sur la production des œuvres littéraires, picturales, monumentales ?

Lire la suite (site d’Eliane Viennot)