Accueil / Art et culture / Époques, iconographie et styles / Etudes modernes / La création artistique à l’époque carolingienne : (...)

La création artistique à l’époque carolingienne : regards sur quelques travaux récents

Charlotte Denoël

Denoël, Charlotte, "La création artistique à l’époque carolingienne : regards sur quelques travaux récents", Bulletin Monumental, tome 172, n° 4, année 2014, p. 321-325.

Extrait de l’article

Des deux côtés du Rhin, 2014 est à bien des égards une année faste pour la mémoire de nos ancêtres les Carolingiens : d’une part, une série d’expositions, à Aix-la-Chapelle et à Saint-Riquier – après Zurich en 2013 – et un colloque international sur Charlemagne à l’Institut historique allemand célèbrent le 1200e anniversaire de la mort de l’empereur Charlemagne ; d’autre part, Florentine Mütherich, cette grande érudite qui a consacré l’essentiel de sa carrière à l’étude des productions artistiques de l’époque carolingienne, vient de fêter ses 99 ans. Les nombreuses publications qui précèdent ou accompagnent ces célébrations témoignent de la vitalité des études sur l’époque carolingienne, et plus particulièrement sur les manuscrits enluminés qui nous sont parvenus en relativement grand nombre, par comparaison avec les autres formes d’art. Néanmoins, si nous disposons de quelques éléments d’information sur certains artistes ou sur les circonstances dans lesquelles ont été produits certains manuscrits particulièrement luxueux, d’une manière générale, les sources écrites sur le sujet sont très lacunaires. Cette situation, qui est propre au haut Moyen Âge, ouvre ainsi la voie à des approches et des interprétations très divergentes, comme l’attestent plusieurs récents articles de Fabrizio Crivello, Lawrence Nees et Jean-Pierre Caillet. Ceux-ci abordent chacun à leur manière le problème fondamental du creuset artistique dans lequel de somptueux manuscrits ont pu voir le jour sur le territoire franc. Tandis que Crivello invoque la notion d’école et Nees celle de réseau pour expliquer les conditions de production des manuscrits, Caillet, plus nuancé, s’attache à valoriser l’individualité et l’itinérance des artistes du haut Moyen Âge, sans pour autant rejeter totalement la classification traditionnelle des manuscrits en écoles.

Lire la suite (persee.fr)