Accueil / Histoire et fonction / Finances et gestion territoriale / Etudes modernes / Le domaine de Trianon sous le Premier (...)

Le domaine de Trianon sous le Premier Empire

Annick Heitzmann

Heitzmann, Annick. Le domaine de Trianon sous le Premier Empire, Versalia. Revue de la Société des Amis de Versailles, n° 7, 2004, p. 112-127.

Extrait de l’article

Le 28 floréal an 12 (18 mai 1804), l’Empire fut proclamé par senatus consulte. Ce texte remettait à Napoléon les anciennes résidences royales. L’architecte Guillaume Trepsat fut nommé le 22 frimaire an 13 (13 décembre 1804) pour s’occuper de Versailles et de Trianon. Il était déjà architecte des Invalides et reçût sa nouvelle charge de Napoléon, en compensation d’avoir perdu une jambe lors de l’attentat de la rue Saint-Nicaise.

L’Empereur vint pour la première fois à Trianon en mars 1805. Ce ne fut alors qu’une courte visite, il ne séjournera qu’en décembre 1809, lors de son divorce - mais les premiers ordres furent lancés. Le Petit Trianon fut mis à la disposition de la sœur de l’Empereur, Pauline Borghèse, avec certaines de ses dépendances. Napoléon avait l’intention de réserver une partie du Grand Trianon à sa mère mais celle-ci trouva ce palais incommode et refusa d’y habiter, aussi n’y fut-il d’abord fait que des travaux d’urgence. Puis, en 1808, Napoléon décida d’aménager ce château pour lui-même et Joséphine

(qui n’y viendra jamais). Ceci l’amena à s’intéresser davantage au domaine et un projet d’ensemble fut élaboré pour les deux domaines de Trianon : « la réunion des deux jardins des deux Trianons », qui prévoyait à la fois la restauration des bâtiments, la jonction des deux domaines et la clôture du domaine ainsi constitué. Après son remariage, en avril 1810, avec l’Archiduchesse Marie-Louise d’Autriche, petite-nièce de Marie-Antoinette, le Petit Trianon et ses dépendances furent retirés à Pauline pour être remis à la nouvelle impératrice et les travaux s’y intensifièrent.

Lire la suite (persee.fr)