Accueil / Historiographie et méthodologie / Historiographie / Etudes modernes / Les mémoires de Louis XIV dans l’historiographie :

Les mémoires de Louis XIV dans l’historiographie : l’absolutisme au fil de ses relectures

Jean Chagnon

Chagnon, Jean, Les mémoires de Louis XIV dans l’historiographie : l’absolutisme au fil de ses relectures, mémoire de maîtrise d’histoire, Université du Quebec, 2010

Résumé du mémoire

J’ai entrepris ce mémoire de maîtrise afin de mieux faire connaître le Mémoires de Louis XIV. Mon mémoire porte le titre suivant : « Quelle interprétation de l’absolutisme de Louis XIV peut-on tirer de ses Mémoires ? ». Le titre originel des Mémoires de Louis XIV était Mémoire pour l’éducation du dauphin et leur objectif était également de former à son métier de roi le fils aîné du roi Louis XIV (le dauphin). Ce texte dont la paternité fut longtemps déniée à Louis XIV, lui est dorénavant reconnue par la grande majorité des historiens. Toutefois la signification, ou si l’on préfère leur interprétation, suscite toujours des opinions divergentes. Par contre, il nous est apparaît manifeste que Louis XIV a traité à l’intérieur de ses Mémoires de l’art de régner, de son « métier de roi » ; ce qui signifie régner et gouverner sans premier ministre. Ces Mémoires sont donc ceux d’un souverain qui a voulu le pouvoir, l’a exercé, et qui explique ce qui a guidé ses décisions. En effet, une certaine définition de l’absolutisme est offerte dans les Mémoires du Roi-Soleil. Celle-ci n’est pas entièrement claire, mais elle révèle une intention véritable malgré tout. L’intention de montrer qu’un roi doit seul tenir les rênes de L’État. Nous avons procédé par un premier chapitre consacré à la nature des Mémoires du Roi-Soleil, leur authenticité et leur teneur. Le deuxième chapitre portera sur l’historiographie de notre problématique. Cette historiographie et son évolution du XVIIIème jusqu’à aujourd’hui fait voir le rôle de Louis XIV, quant à l’édification de l’État-Nation, et surtout le lien existant entre la perception de celui-ci et le nationalisme français. Le troisième chapitre, quant à lui, dévoile comment Louis XIV a appris son « métier de roi », et comment a-t-il pu s’emparer du pouvoir.

Lire la suite (UQAM)