Home / Historiography & methodology / Historiography / Modern studies / Trajectoire intellectuelle et expérience du (...)

Trajectoire intellectuelle et expérience du camp : Norbert Elias à l’île de Man

David Rotman

David Rotman, "Trajectoire intellectuelle et expérience du camp : Norbert Elias à l’île de Man", dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 52-2 2005/2.

Extrait de l’article

L’unique commentaire formulé par Norbert Elias dans ses Souvenirs sur son internement en 1940 dans un des camps de réfugiés de l’île de Man est pour le moins laconique : « D’une certaine manière, déclarait-il, ma période de détention, qui dura huit mois, fut très féconde pour moi parce qu’elle m’a permis de suivre des cours d’anglais ». Rien de plus. Pourquoi dès lors accorder à cet événement plus d’importance qu’il ne semble en avoir eu pour Elias lui-même ? Et peut-on prendre au sérieux l’idée qu’il donne des indications sur un moment de structuration ou de restructuration du rapport au monde dont le travail ultérieur d’Elias porte la marque ?

Si l’on a souvent constaté la tendance, chez Elias, à reprendre systématiquement les résultats de ses travaux passés pour les approfondir ou les reformuler, donnant ainsi au lecteur une impression de redondance, on s’est rarement interrogé sur cette habitude, qui pourrait bien témoigner d’une disposition profonde à l’autodistanciation héritée de ses différentes expériences biographiques.

Lire la suite (Cairn)