Accueil / Individus, familles, groupes / Nobles et Tiers Etat / Etudes modernes / Commynes n’a pas " trahi " : pour en finir (...)

Commynes n’a pas " trahi " : pour en finir avec une obsession critique 

Joël Blanchard

Blanchard, Joël, « Commynes n’a pas " trahi " : pour en finir avec une obsession critique », Revue du Nord, 2/2009 (n° 380), p. 327-360.

Résumé de l’article

Trop longtemps, Philippe de Commynes a été cantonné dans une image réductrice : traître à Charles le Téméraire, il avait rejoint Louis XI, dont il était devenu un ministre éminent, sans cesser pour autant de porter en son cœur le poids de ce « péché originel ». À la lumière d’une relecture de documents connus ou inédits, notamment de sources judiciaires, la « trahison » de Commynes apparaît comme un phénomène plus complexe qu’il n’y paraît. Il appelle trois types d’interrogations : en premier, la nature du contrat qui le lie au Téméraire, du crime qu’il lui a reproché (lèse-majesté ?), en second, le déroulement du scénario proprement dit avec ses zones d’ombre ; enfin l’image que les contemporains ont eue de Commynes, de son vivant même ; voilà des sujets à l’origine d’une réflexion sur un événement, moins important dans sa réalité propre que par les énigmes qu’il pose encore à l’historien.

Lire la suite (Cairn.info)