Accueil / Représentation et festivités / Festivités et réceptions / Etudes modernes / La Fête de papier (1549-1679) : des ateliers (...)

La Fête de papier (1549-1679) : des ateliers parisiens au Cabinet du Roi

Benoît Bolduc

Bolduc, Benoît. « La Fête de papier (1549‑1679) : des ateliers parisiens au Cabinet du Roi », Dix-septième siècle, vol. 258, no. 1, 2013, p. 11-21

Extrait de l’article

Les quatre livres publiés par l’Imprimerie Royale de 1670 à 1679, commémorant le carrousel des Tuileries et les divertissements donnés à Versailles, ont joué un rôle de premier plan dans l’historiographie des fêtes de Louis XIV. Si nous pouvons encore aujourd’hui admirer et commenter la magnificence de ces événements politiques, c’est qu’en plus des documents d’archives qui témoignent des importantes ressources économiques et artistiques mobilisées pour leur réalisation, nous pouvons encore tenir entre les mains, ces beaux volumes in-folio illustrés, richement reliés et admirablement conservés.

Fait unique dans le corpus des livres de fêtes européens, ces quatre ouvrages ont été intégrés à un projet concerté de célébration du pouvoir de Louis XIV par la gravure s’échelonnant de 1667 à 1743, mis en place par Colbert, dirigé par la Petite Académie et réalisé par l’Imprimerie Royale : une collection de vingt-trois volumes d’estampes dite du « Cabinet des planches gravées du Roi », ou plus simplement « Le Cabinet du Roi ». Si le titre long dénote le sens propre du terme cabinet – les volumes reliés qui renferment les planches gravées, objets de collection, constituant une espèce de cabinet portatif –, le titre court, quant à lui, connote en plus un sens métonymique courant à la fin du XVII>sup>e siècle, suivant lequel cabinet désigne non pas le lieu de conservation, mais la collection conservée. L’usage qui favorise le titre court permet ainsi un clignotement du sens qui rend compte du fonctionnement paradoxal de la collection. Le Cabinet du Roi ne renferme pas seulement de magnifiques planches gravées ; il donne aussi à voir des objets et des actions recueillis pour la gloire du roi, dont ces fêtes au statut ambigu.

Lire la suite (cairn.info)