Accueil / Vie quotidienne / Médecine, sciences et savoirs / Etudes modernes / Deux médecins lorrains au chevet d’Anne (...)

Deux médecins lorrains au chevet d’Anne d’Autriche

Jean-Marie Gilgenkrantz

Gilgenkrantz, Jean-Marie, "Deux médecins lorrains au chevet d’Anne d’Autriche. Two physicians from Lorraine at the bedside of Anne of Austria, queen of France", Histoire des sciences médicales, 2018, 52 (2), p. 209-216

Extrait de l’article

En 1631, Richelieu chargeait Théophraste Renaudot de créer un journal dans le but de diffuser des nouvelles en provenance non seulement de la Cour mais aussi de l’étranger. Renaudot (Loudun 1586 - Paris 1653), issu d’une modeste famille protestante, avait fait ses études de médecine à la faculté de Montpellier, ouverte à l’époque aux protestants. Son traité,paru en 1612, sur La condition des pauvres lui avait valu d’être nommé médecin ordinaire de Louis XIII. Sa popularité mais aussi sa conversion au catholicisme en 1625 justifiaient le choix de Richelieu et le 30 Mai 1631 naissait La Gazette, journal de quatre pages qui devait paraître tous les samedis.

En novembre 1664, La Gazette annonce que la mère du roi est gravement malade et qu’elle passera les fêtes de fin d’année chez les Bénédictines du faubourg Saint-Jacques. Ainsi était publiquement officialisée l’existence, chez Anne d’Autriche, d’une affection sévère qui devait se révéler un cancer du sein gauche.

Lire la suite (parisdescartes.fr)