Accueil / Vie quotidienne / Sociabilité et psychologie / Etudes modernes / L’honneur des princes du Saint Empire (XIVe-XVe

L’honneur des princes du Saint Empire (XIVe-XVe siècles)

Jean-Marie Moeglin

Moeglin, Jean-Marie, "L’honneur des princes du Saint Empire (XIVe-XVe siècles)", dans Journal des savants, 1992, n° 2, pp. 317-344.

Extrait de l’article

II n’est pas rare de rencontrer dans les textes des derniers siècles du Moyen Age le couple de termes « ere und gut », l’honneur et les biens matériels. Il s’associe ou fait écho à un autre couple de termes « Leib und Seele », l’âme et le corps. C’est la réunion de ces deux couples qui définit l’homme et l’on peut dire que les biens matériels sont à l’honneur ce que le corps est à l’âme. Cela permet d’emblée de situer l’importance de l’honneur dans la société médiévale. Il n’y a pas de raison de penser que cette importance est un phénomène propre au bas moyen âge ; toutefois, il serait possible — l’histoire de l’honneur reste à écrire — que les réserves de l’Église à l’égard d’une valeur trop temporelle aient pendant longtemps contribué à masquer ce fait. Un sens courant du mot latin honor dans les documents latins, celui de bénéfice, droits reçus, serait un témoignage de cette ambiguïté. Mon hypothèse est que cette situation se clarifie dans les derniers siècles du Moyen Age. La notion d’honneur se trouve alors portée de façon décisive sur le devant de la scène. Une des caractéristiques de cette promotion est la place que l’honneur prend dans le champ politique. Je serais tenté de dire qu’il se produit un investissement du champ politique par la notion d’honneur. Ce sont quelques-unes des modalités de cet investissement que je voudrais préciser ici en montrant quel enjeu représentait l’honneur pour les princes du Saint Empire Romain.

Lire la suite (Persée)