Accueil / Histoire et fonction / Éducation et formation / Etudes modernes / Du culte de Saint Louis à la glorification de (...)

Du culte de Saint Louis à la glorification de Louis XIV : la maison royale de Saint-Cyr

Bruno Neveu

Neveu, Bruno, "Du culte de Saint Louis à la glorification de Louis XIV : la maison royale de Saint-Cyr", dans Journal des savants, 1988, n° 3-4, pp. 277-290.

Extrait du texte

« Filiae Sion exultent in rege suo, Laudent nomen ejus in choro »

Si le Siècle de Louis XIV a imposé à la conscience nationale et européenne l’image rayonnante du Roi Soleil, le succès de ce chef-d’œuvre paru en 1751 ne doit pas effacer bien d’autres marques de l’intérêt admiratif porté par le XVIIIe siècle à la cour de Versailles sous le règne de Louis-le- Grand. Une foule de publications — lettres, mémoires, portraits, anecdotes — a tenté d’en faire revivre le décor et les acteurs pour satisfaire la curiosité des contemporains de Louis XV puis de Napoléon. Mais il subsistait aussi aux portes mêmes de Versailles, trois quarts de siècle après la disparition de Louis XIV et de ses familiers, un lieu consacré à la mémoire du souverain, à la célébration de sa gloire, où l’on préservait et transmettait avec une insurpassable authenticité l’esprit et pour ainsi dire le parfum de l’ancienne cour.

La Maison royale de Saint-Louis à Saint-Cyr — monastère et pensionnat — fondée en 1686 par Louis XIV sur les instances de la marquise de Maintenon, son épouse depuis 1683, se constitua après la mort de ses augustes protecteurs, en 1715 et 1719, en un véritable conservatoire du goût et des manières du Grand Siècle, en un musée vivant où les Dames, dont beaucoup avaient approché le Roi dans leur jeunesse, formèrent dans leurs classes des générations de Demoiselles sur le modèle tracé par Mme de Maintenon et leur inculquèrent avant de les renvoyer dans les provinces le ton et les principes d’un univers disparu.

Lire la suite (Persée)