Accueil / Actualités / Événements / Colloques et journées d’études / 4 nov. 2014, Paris : Les résidences royales et (...)

4 nov. 2014, Paris : Les résidences royales et aristocratiques à Paris à la fin du Moyen-Âge

Conférence de Boris Bove donnée dans le cadre du cycle de conférences "Les Mardis de Lauzun".
Lieu : Institut d’études avancées de Paris, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris
Date et heure : 4 novembre 2014, 18:00-19:30

Paris devient capitale à la fin du XIIe siècle, mais ne s’affirme comme ville de cour qu’un siècle plus tard, alors que la croissance urbaine est à son apogée. L’installation des gens de cour est cependant massive vers 1300, et ne cesse de se renforcer au cours du XIVe siècle jusqu’au règne de Charles VI. Paris est alors sans aucun doute une ville de cour, mais les nobles sont les derniers arrivés et n’ont aucun pouvoir particulier dans la ville ; ce sont en outre des provinciaux dont les séjours dans la capitale sont épisodiques. Leur statut est donc paradoxal : ils contribuent au rayonnement de la capitale tout en restant étrangers à la ville. Dans ce contexte, on peut s’interroger sur leur mode de vie que l’on peut appréhender principalement à travers leur habitat. Notre perception des hôtels aristocratiques est marquée par les rares vestiges qui en subsistent dans le Paris actuel, dont l’hôtel de Cluny et de Sens, la tour Jean sans Peur et le porche de l’hôtel de Clisson.
La conférence partira de l’étude de ces vestiges pour tenter d’appréhender le phénomène de l’habitat noble dans sa globalité et pour comprendre la chronologie de son implantation ainsi que le mode de vie de l’aristocratie à Paris.

Boris Bove est maître de conférences à l’université de Paris 8. Ses travaux portent sur les élites parisiennes entre le XIIIe et le XVe siècle, sous l’angle social et spatial. Il a d’abord fait une prosopographie des premiers échevins et prévôts des marchands, des origines à Étienne Marcel (Dominer la ville, Paris, CTHS, 2004). Il a ensuite participé au programme de recherche ALAGE sur la reconstitution cartographique du Paris d’Ancien Régime (Paris de parcelles en pixels, Paris, PUV, 2013). Il s’intéresse maintenant à la place de la cour dans la destinée de la ville, tant du point de vue des relations entre nobles et Parisiens, que de leur part dans l’économie urbaine (à travers la consommation curiale) ou leur mode de vie dans la ville, dans le réseau des résidences princières. Il a aussi co-organisé un cycle de conférences sur le Paris médiéval pour le Comité d’Histoire de la ville de Paris, qui vient d’être publié (Le Paris du Moyen Âge, Paris, Belin, 2014).

Organisation et contact : Caroline zum Kolk