Accueil / Représentation et festivités / Cérémonies et représentation / Etudes modernes / Le baptême de Clovis aux XVIIe et XVIIIe (...)

Le baptême de Clovis aux XVIIe et XVIIIe siècles

Chantal Grell

Grell, Chantal. Le baptême de Clovis aux XVIIe et XVIIIe siècles, Versalia. Revue de la Société des Amis de Versailles, n° 1, 1998, p. 48-59.

Extrait de l’article

Le 1500e anniversaire du baptême de Clovis offre une occasion de rappeler l’importance que les hommes des XVIIe et XVIIIe siècles accordaient à cet événement. Le fait que Louis XIV ait fait sa première communion le jour de Noël 1649, en souvenir du baptême de Clovis, ne relève pas de l’anecdote. Clovis, en effet, grâce à son baptême, fut considéré comme le fondateur véritable de la monarchie française. C’est lui qui dota le royaume, constitué par ses soins, d’un peuple - les Français dont le nom apparaît alors -, d’une loi - la loi salique, révisée - et d’une foi, la foi catholique. C’est à lui que les rois de France doivent leur nom de fils aînés de l’Église et c’est grâce à son baptême que la France, tout au long de son histoire, put bénéficier de la sollicitude divine.

L’histoire du miracle du baptême de Clovis est en elle-même complexe. Les récits se sont, en effet, enrichis au cours du temps d’éléments nouveaux qui confèrent à cet épisode un statut particulier. Pour mieux analyser les différentes étapes de l’écriture et de la construction de cet « événement », on évoquera, dans un premier temps, le légendaire chrétien ; puis, la critique de ce légendaire qui donna lieu à l’élaboration d’un nouveau légendaire national, centré non plus sur le baptême mais sur un mythe des origines.

Lire la suite (persee.fr)